BISO, 2e édition : Indépendance Dougnon représente le Mali


La jeune sculptrice et designer malienne Indépendance Dougnon participe à la 2e édition de la Biennale internationale de sculpture de Ouagadougou (BISO) prévue du 8 octobre au 6 novembre 2021. Deux semaines de résidence de création en prélude aux expositions permettront aux artistes de s’exprimer sur l’identité africaine en s’inspirant du livre L’Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane.

« Début de la résidence d’artistes de cette deuxième édition de la Biennale internationale de sculpture de Ouagadougou. 18 artistes venus du Burkina Faso et du monde entier se lancent pour 3 semaines de création intense », a posté la Biennale internationale de sculpture de Ouagadougou (BISO) sur sa page Facebook ce lundi 20 septembre 2021, annonçant l’ouverture des activités de la 2e édition de la biennale à laquelle la jeune sculptrice Indépendance Dougnon représentera le Mali.     

Première biennale dédiée à la sculpture contemporaine sur le continent africain, la Biennale internationale de sculpture de Ouagadougou (BISO), à en croire ses initiateurs, entend mettre en avant la richesse de la sculpture et consolider sa place dans le paysage de l’art contemporain.

Cette 2e édition de la biennale explore le thème de L’Aventure ambiguë : « À travers ce thème, il est proposé aux artistes de sonder la complexité des identités de l’Afrique aujourd’hui, dans une ère dite de la post-mondialisation. Une période complexe, marquée par la question de nos interdépendances et où les notions de spiritualité, de genre, nos rapports avec la nature sont en phase de redéfinition », expliquent les organisateurs.  

Parmi ses activités phares, cette 2e édition sera étoffée par : des résidences destinées à une quinzaine d’artistes dans des ateliers d’artistes et de designers burkinabés ; l’exposition BISO ; les ateliers pédagogiques visant à cultiver l’amour de l’art chez les populations, notamment les plus jeunes, ainsi que des tables rondes.

Titulaire d’une licence en design au conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm) en 2019, Indépendance Dougnon fait de l’art, surtout la sculpture, un moyen d’expression. Elle met la femme au cœur de ses créations et touche à tout ce qui est considéré comme tabou autour d’elle dans notre société comme la sexualité et le cycle menstruel. Les rubans de mesure, les fils de fer, les tissus et les bouts de bois sont entre autres les matériaux qui interviennent dans la réalisation de ses époustouflantes installations artistiques.

Youssouf Koné

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article