Mission des chefs d’État de la CEDEAO au Mali


La mission des cinq (5) chefs d’État Ouest-africains au Mali dirigée par le Président en exercice de la CEDEAO, SEM Mahamadou Issoufou a pris fin jeudi soir 23 juillet 2020.

Au l’issue des rencontres, l’imam Mahmoud Dicko, figure de la contestation qui réclame depuis presque deux (2) mois la démission du Président malien Ibrahim Boubacar Keïta et de son régime, a affirmé que les lignes n’avaient pas bougé.

Cette mission, troisième du genre de la CEDEAO, dépêchée ce jeudi à Bamako a fait juste un constat de la fracture entre le Président IBK et le mouvement M5-RFP.

L’imam Mahmoud Dicko visiblement déçu après les échanges, estime que le chemin est encore long pour parvenir à un accord. Selon lui, le peuple malien n’est pas un peuple soumis : « je préfère mourir martyr que de mourir traitre » a laissé entendre Dicko.

Du côté de la mouvance présidentielle, « on peut espérer un dénouement heureux », affirme Monsieur Tieman Humber Coulibaly. Il soutient également que « les recommandations et les pistes de solutions proposées par la CEDEAO doivent être mises en œuvre et rapidement ».

Notons que cette mission de la CEDEAO s’est achevée sur la projection d’un sommet extraordinaire, prévu le lundi 27 juillet 2020, en visioconférence.

 

Amadou Diallo

Envoyé spécial - Joliba 105.0 FM

Crédit photo : Gouvernement du Mali

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article