Abdoulaye Konaté, artiste peintre : « je pense que ça commence à bien marcher pour les arts plastiques au Mali »


Considéré aujourd’hui comme l’une des grandes figures des arts plastiques maliens, l’artiste peintre, Abdoulaye Konaté était l’invité culture du journal du vendredi 23 juillet 2021 de Joliba TV News. A cette occasion, il a livré son actualité, ses projets artistiques, son avis sur le monde des arts plastiques maliens et des conseils aux jeunes artistes.    

Ancien directeur du palais de la culture de Bamako et des Rencontres photographiques de Bamako de 1998 à 2002, Abdoulaye Konaté a dirigé le Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Faseyé Kouyaté de Bamako de 2003 à 2016. Internationalement connu, Abdoulaye Konaté est aujourd’hui considéré comme l’une des figures majeures de la scène artistique contemporaine malienne et africaine. 

Interrogé sur son actualité notamment ses deux expositions en cours à Casablanca au Maroc et à Montpelier (France), Abdoulaye Konaté explique : « celle du Maroc a commencé le 17 juin dernier. Cette exposition s’intitule « Les plis de l’âme ». C’est un ensemble de 11 pièces qui sont essentiellement inspirées du fond culturel malien mais aussi marocain. J’ai essayé de parler sur le fondement de la création des symboles Touareg, des symboles du Maroc et des symboles peulh. C’est essentiellement ces trois éléments que j’ai utilisés pour faires les créations. Au niveau de la couleur et de la composition, c’est beaucoup plus une inspiration de formation classique et j’essaye de définir actuellement de nouveaux concepts sur l’agencement des couleurs. » L’exposition du Maroc, nous informe-t-il, s’étalera sur une durée de trois mois tandis que celle de Montpellier continuera jusqu’en octobre 2021.

Les œuvres d’Abdoulaye Konaté sont essentiellement faites de tissus maliens notamment le bazin qui est sans doute le principal matériau de création de l’artiste. Il répond aux questions du journaliste dans ce sens : « depuis les années 1990, j’ai commencé à utiliser le textile comme matériel. Avant j’utilisais beaucoup la peinture à l’huile, l’acrylique, la sérigraphie entres autres. Mais actuellement je travaille essentiellement avec le textile. »   

En avril 2021, l’une des imposantes œuvres d’Abdoulaye Konaté sur laquelle on peut lire « Non au fanatisme religieux » accompagnait la cérémonie officielle d’inauguration de la place en hommage aux victimes du terrorisme au Musée national du Mali, une cérémonie présidée par l’ex-président de la Transition malienne Bah N’Daw. Répondant à la question de savoir si cette œuvre avait été conçue pour cette occasion, l’artiste peintre répond : « C’est une œuvre qui existait avant cette cérémonie. C’est suite à une visite de Mme Kadiatou Konaré, notre ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme en son temps, à mon atelier qui a vu l’œuvre et qui a souhaité qu’elle fasse partie de l’ensemble des créations pour cette place. »    

Artiste habitué aux expositions à l’étranger, Abdoulaye Konaté n’a pas non plus échappé aux impacts de la pandémie de la covid-19 : « pendant cette période qui a duré au moins 18 mois, on a dû refaire nos programmes, s’adapter aux conditions et puis j’ai essentiellement continué à produire en faisant beaucoup de croquis pour d’autres expositions à venir », explique-t-il.

Invité à livrer son analyse sur le monde des arts plastiques au Mali, Abdoulaye Konaté estime qu’il est plus ou moins compliqué d’en parler mais il reconnait que les choses commencent à bouger dans notre pays : « mais je sais quand même qu’il y’a beaucoup de jeunes artistes qui produisent énormément aujourd’hui et qui peuvent présenter leurs œuvres au Mali et à l’extérieur. J’ai vu que certains ont exposé à Abidjan (Côte d’Ivoire), en France et dans d’autres pays. Je pense que ça commence à bien marcher pour les arts plastiques aujourd’hui au Mali. »   

Parlant de ses projets, Abdoulaye Konaté dit avoir plusieurs expositions en vue. « Il y’a la triennale au Japon à laquelle je suis invité pour présenter des œuvres. On prépare aussi une exposition peut-être au Brésil et je suis en train de travailler sur grande maquette d’une œuvre demandée par un pays africain. Cette œuvre va faire 10m/40 et c’est dans une très grande salle qui fait à peu près 5 000 places qu’elle sera installée », confie-t-il. 

Beaucoup de travail ! Donc pas de répit ni de repos pour Abdoulaye Konaté ?  « c’est pas seulement pour Abdoulaye Konaté mais toute personne qui travaille aujourd’hui. Je pense que le travail doit être constant et surtout pour les artistes qui doivent faire une sorte d’autocritique de leur travail et faire le maximum pour que les œuvres soient de qualité et qu’elles puissent être exposées partout, quel que soit le continent ou le pays. »  

Pour conclure l’entretien, Abdoulaye Konaté invite les jeunes à travailler davantage et de rassurer qu’il est possible de réussir aujourd’hui dans le domaine des arts plastiques.  

Youssouf Koné      

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article