FESPACO : Le Mali est fortement représenté à la 27e édition !


La 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), officiellement ouverte le 16 octobre 2021, bat son plein dans la capitale burkinabé. La compétition officielle, les diffusions de films, documentaires et séries ont débuté ce dimanche 17 octobre. En plus d’être représenté par 7 films dans différentes catégories, le Mali honore cette édition du FESPACO d’une forte délégation composée d’une centaine de personnes.

Les lampions de la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) se sont allumés le samedi 16 octobre 2021 avec la traditionnelle cérémonie d’ouverture au palais des sports de Ouagadougou. Le clap d’ouverture du festival a été donné par le président burkinabé Rock Marc Kaboré. 

Cette 27e édition du FESPACO enregistre une sélection de 239 films en provenance de 50 pays qui seront projetés tout au long du festival. Ils sont 17 longs métrages fiction en compétition pour l’Étalon du Yennenga.

Le film Atlantique de la cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop, la première réalisatrice d’origine africaine distinguée au Festival de Cannes avec le prix du Jury, a été projeté à l’ouverture de la compétition. Le Sénégal est d’ailleurs l’invité d’honneur de cette 27e édition.

En plus des personnages officiels dont le ministre de la Culture, de l’Artisanat, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, le Mali est représenté par une forte délégation de 160 personnes à cette grand-messe du 7e art africain : une délégation composée des étudiants du conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté, des artisans du Mali, des journalistes, des cinéastes et des hommes de culture.

La cérémonie de remise des prix spéciaux du FESPACO est prévue le vendredi 22 octobre, tandis que l’Étalon d’or de Yennenga sera décerné le samedi 23 octobre 2021. Qui des 17 prétendants succédera au Rwandais Joël Karakezi, le lauréat de la distinction suprême en 2019 ?

Youssouf Koné

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article