Mali : Soumeylou Boubeye MAÏGA vit en détention dans des conditions « inhumaines », selon ses avocats


Incarcéré depuis août 2021 dans le cadre de l’affaire dite de l’achat de l’avion présidentiel et des équipements militaires, l’ancien Premier ministre Soumeylou Boubeye MAÏGA, détenu à la maison d’arrêt centrale de Bamako, vit dans des conditions qualifiées d’« inhumaines » par sa défense.

Après avoir jugé arbitraire l’arrestation de leur client Soumeylou Boubeye MAÏGA, le collectif de la défense de l’ancien Premier ministre, formé de Me Abdrahamane Mamata et de Me Ayouba MAÏGA, a dénoncé lors d’une conférence de presse le fait que son client vit dans « des conditions inhumaines » depuis plus de deux mois. En effet, quelques jours après l’incarcération de l’ex-ministre de la Défense, Abidina KAREMBÉ, le président de la jeunesse de son parti Alliance pour la solidarité au Mali, convergence des forces patriotiques ASMA-CFP, avait révélé à la presse que Soumeylou Boubeye MAÏGA passait la nuit avec plus de 93 détenus, dans une prison remplie de plus de 3000 détenus, dont 200 terroristes. Un mois après cette révélation, le collectif de sa défense est revenu sur la question en laissant entendre que son client partageait le dortoir avec plus de 76 détenus, avant d’ajouter que « Soumeylou Boubeye MAÏGA subit quotidiennement des vexations de la part de certains détenus terroristes ». À en croire ses avocats, sa cellule est malsaine avec une chaleur suffocante et des toilettes infectées. Ce qui a fortement affecté son état de santé. 

Par ailleurs, le collectif de la défense de Soumeylou Boubeye MAÏGA affirme avoir saisi la chambre d’instruction de la Cour suprême pour une demande de mise en liberté provisoire, et une requête aux fins de placement sous contrôle judiciaire. Hélas, ces requêtes sont vaines, car elles ont été rejetées. En conséquence, l’ex-Premier ministre reste écroué dans la maison centrale d’arrêt de Bamako pour « escroquerie, faux, usage de faux et favoritisme ».

 

Abdoulaye Konimba KONATÉ

 

 

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article