Photographie : « Bamako des années 50-60 vue par Henri Pot » exposée et cédée au Musée national


Le Musée national de Bamako accueille depuis le jeudi 29 juillet 2021, une exposition photographique intitulée «Bamako des années 50-60 vue par Henri Pot », une exposition constituée d’un fonds audiovisuel réalisé par Henri Pot, un malien par le cœur, sur la ville de Bamako avant l’indépendance du Mali.

C’est un charmant public composé d’amoureux de la photographie et de personnalités politiques et diplomatiques qui a décidé de venir découvrir images et objets remontant à 60 ans d’histoire de la capitale malienne. Ce public voulait également être témoin oculaire de la cession de ce « trésor » au Musée national du Mali.

 Les dites œuvres portent essentiellement sur la richesse faunique et architecturale de la capitale malienne d’avant l’indépendance du pays. Des œuvres gracieusement offertes par la famille Pot qui s’était installée au Mali vers 1940. La cérémonie de vernissage de l’exposition était présidée par le chef de cabinet du Ministère de la culture, de l’artisanat, de l’industrie hôtelière et du tourisme, Monsieur Yamoussa Fané.      

En effet, les Pot, selon l’histoire sont une famille de « pied-noirs » (français nés en Algérie) qui ont immigré au Soudan Français (actuel Mali) à la fin des années 1940. Ce fut d’abord le père Michel de son prénom, qui après avoir prospecté le terrain et décidé de s’y installer pour de bon, fait appel au fils Henri. Après avoir essayés plusieurs petits commerces, les Pot se focalisent sur le Café Chantilly qui allait devenir, à partir des années 1950 un endroit emblématique de Bamako.

Apres le décès du père (qui repose au cimetière de Bamako-coura), le fils Henri Pot, hérite d’une affaire florissante qu’il continuera d’exploiter près de 20 ans. En marge de son commerce, Henri s’adonnait à la chasse et au Judo. Une des attractions du Café Chantilly était les trophées de chasse qui ornaient l’espace.

« Un évènement est très significatif »

Monsieur Henri Pot était un grand amoureux de photographie et du cinéma naissant. C’est ainsi qu’il constitua un fonds inestimable portant sur les scènes de chasse, des trophées de chasse, la vie quotidienne de Bamako et environs ainsi que les événements officiels entre autres. Il était aussi un collectionneur de timbres et de journaux en l’occurrence « Soudan Français » édité par le gouvernement du soudan.

Ce fonds dont une partie fait l’objet de cette exposition-photographique est un témoignage irremplaçable sur le pan de l’histoire de Bamako. Il a été gracieusement cédé au Musée national grâce à la générosité de la famille Pot notamment Henry, fils de Henri Pot et petit-fils de Michel Pot. « Cet évènement est très significatif. Ce fonds peut être qualifié sans se tromper d’historique. A travers ces images, nous pouvons imaginer Bamako d’antan. Un grand merci à Henry Pot d’avoir gracieusement offert ce fonds au Musée national du Mali », a salué Monsieur Daouda Kéïta, le directeur du Mussé national du Mali.   

Monsieur Mobibo Diallo, ancien directeur du Mémorial Modibo Kéïta ayant servi d’intermédiaire entre la famille Pot et la direction du Musée national a surtout apprécié ce geste qui arrive à un moment où la restitution des biens culturels des pays africains fait débat. « Si au moment où nous nous battons pour que nos œuvres spoliées nous reviennent, et qu’il y’a quelqu’un qui a acquis des œuvres sur nos terres de la façon la plus légitime décide de lui-même de nous les remettre, nous ne pouvons que l’en féliciter pour ce geste symbolique», a-t-il confié avec fierté.  

Notons que l’exposition reste visible dans la salle d’exposition du Musée national jusqu’au 28 août 2021. Venez découvrir le visage de la ville de Bamako d’il y’a 60 ans. Vous serez agréablement surpris par la métamorphose de la capitale malienne.

Youssouf Koné 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article